La cause animale

Aïe aïe aïe, je suis sûre qu’en lisant le titre tu t’es dit que ça allait être chiant… On en reparle en fin d’article! Depuis quelques années je sens que beaucoup de personnes ont pris conscience du mal-être des animaux mais malheureusement c’est un sujet qui fâche, c’est un sujet qui divise, et c’est bien dommage parce que ça rend la cause très moche des deux côtés. Dans cet article je vais vous expliquer ce que je fais à ma minuscule échelle.

    Alimentation 

C’est le point le plus radical parce que c’est celui où on a directement conscience de l’exploitation animale. Vous allez peut-être trouver ça bête, mais ça fait seulement deux ans que j’ai pleinement réalisé que les animaux que j’aimais caresser dans des fermes étaient les mêmes qui se retrouvaient dans mon assiette, je pense que je n’avais pas vraiment envie de réaliser ça plus jeune. Alors j’ai commencé à réduire ma consommation de viande, et très vite je me suis rendue compte qu’il y avait des animaux que je ne pouvais plus manger, comme le cochon, le lapin, le cheval… Quand je suis seule je n’achète pas de viande, je n’en cuisine pas et n’en mange pas, et je n’en ressens pas le manque. Quand je suis invitée, par politesse et pour pas déranger je mange ce qu’il y a (sauf les animaux que j’ai cité plus haut, ce n’est vraiment plus possible pour moi).
Je déteste imposer mes choix alimentaires, pour moi c’est tellement personnel, alors souvent quand je précise juste que par choix je ne mange pas certains animaux on me fusille du regard : « tu ne vas pas m’empêcher de manger mon jambon hein ? ». Bah non, je ne vais rien t’empêcher, je n’en ai aucun droit, et même si j’avais le droit je ne le ferais pas, ne pas manger de cochon c’est mon choix, ma conscience, si la tienne te permet d’en manger sans culpabiliser tu as raison de ne pas te priver! J’ai beaucoup culpabilisé au début, quand ma famille n’avait pas encore intégré mon choix. Et je les comprends.
J’ai remarqué qu’à être trop polie quand je suis invitée et à ne pas vouloir embêter les autres en précisant que je ne peux vraiment plus manger certains animaux, ça me créait presque plus de problèmes que si j’annonçais directement être péscétarienne. On me pose beaucoup plus de questions et ça ne me dérange pas parce que j’aime beaucoup débattre, mais j’ai l’impression que ça serait moins compliqué de dire que je ne mange pas de viande, du tout.
D’ailleurs les gens ont une image très négative des végétariens/végétaliens/vegan, et je les comprends parce que beaucoup sont intolérants et ne comprennent pas qu’on n’a pas tous leur volonté, leur force, chacun fait ce qu’il peut à son niveau et l’agressivité de certains dessert la cause. Même moi, quand je lis certains commentaires je me dis qu’ils se tirent des balles dans le pied, qui a envie d’écouter ou de s’intéresser à des gens étroits d’esprits.
Mais je vous rassure, la haine est présente dans les deux camps et les deux seules fois (espacées d’à peu près un an) où j’ai partagé des publications parlant de cause animale je me suis fait démonter sur facebook. La première fois c’était juste une liste des recettes qu’on pouvait modifier avec des végétaux/céréales, rien de plus, aucun mot, rien d’agressif ou du forcing, ça me permettait aussi d’avoir la publication à portée de main si j’avais envie d’essayer. « Tu ne m’empêcheras jamais de manger de la viande », « avec mes maladies je ne peux pas suivre ça, arrête de croire que tout le monde peut », « vous êtes chiants les vegans »… Eh je ne suis ni vegan (même pas végétarienne) ni ai insinué que vous devriez faire ces recettes, je partage ça parce que c’est sympa, arrêtez de vous sentir agressé dès qu’il y a le mot « végétal » dans un article. La deuxième publication à polémique était du même genre, je l’ai laissé en ligne 5 minutes car j’en avais marre d’être fliquée (je suis quand même la fille qui mange de la viande quand elle est invitée, alors qu’on m’attribue des propos qui ne sont pas les miens me rend dingue)!
Chacun fait ce qu’il veut, ce qu’il peut, mais pour moi c’est un choix personnel. Evidemment ça serait très beau qu’on arrête tous de manger des animaux, qu’on soit tous peace and love, mais ça doit venir naturellement et on doit respecter tous les gens qui ne pensent pas comme nous.

WRC_2180.JPGMon burger végétarien (Saint Marcellin pané, tapenade d’artichauts, légumes grillés et marinés, tomates confites) face à l’assiette de charcuterie de mon amie.        @ Camp de Base Café, Passy

   Maquillage

Voilà un point où j’aimerais bien être parfaite à moyen terme… Il y a quelques années je me disais que je ne pourrais jamais avoir de maquillage cruelty-free/non testé sur les animaux parce que c’était beaucoup plus cher, et pour être honnête je n’ai pas un grand budget pour ça. Puis j’ai découvert Kiko, qui est une marque très abordable et dont certains produits sont non testés sur les animaux, alors j’ai eu mon premier rouge à lèvres « vegan ». J’ai aussi essayé du maquillage bio. Et récemment j’ai découvert grâce à Octoly une marque cruelty free certifiée Peta et vraiment pas chère! Cette marque, c’est You Are Cosmetics et j’aime beaucoup! J’ai commencé par tester un duo rouge à lèvres/crayon et j’ai été impressionnée par la qualité… Pour 4€! Je vais donc essayer de changer mes habitudes petit à petit parce qu’à ce prix je ne me trouve plus d’excuses. Je viens de passer une commande chez eux, je dédierai un article sur ce que j’en pense prochainement.

Vêtements

C’est assez étonnant parce que j’étais dans un collège où la plupart des autres élèves étaient de famille aisée, et à 13-14 ans c’était tout à fait normal qu’ils aient des vestes en fourrure animale, c’était classe vous voyez. Je suis presque contente que ma famille était de classe moyenne, ça m’a permis de ne jamais suivre cette mode de la vraie fourrure, même si à ce moment là je ne réalisais pas vraiment qu’on avait tué des animaux pour leurs vestes. Maintenant la tendance s’est inversée et on pointe assez souvent du doigt les gens qui portent de la vraie fourrure, je suis contente que ce ne soit plus une mode. On peut facilement trouver des fausses fourrures très jolies et touffues, qui ne font pas cheap.
Côté cuir il me semble que le seul endroit où je n’ai pas de simili c’est pour les semelles de certaines chaussures, blâmez-moi, personne n’est parfait!

Parka avec fausse fourrure achetée à Kiabi il y a deux ans.

Ma Conclusion 

Etre sensible à la cause animale et vouloir changer les choses c’est génial parce que c’est pas facile. Mais c’est un choix qui nous est propre, et en parler pour faire avancer les choses c’est bien, mais il faut savoir accepter que tout le monde n’y est pas sensible et que tout le monde n’a pas envie de changer ses habitudes. De la même manière, il ne faut pas se sentir agressé à chaque fois que quelqu’un précise qu’il ne mange pas de viande. Chacun fait ce qu’il peut et surtout ce qu’il veut!

9 commentaires sur “La cause animale

  1. Hello ! Je trouve vraiment chouette de voir de plus en plus de contenus là dessus dans la blogosphère. Je suis vraiment convaincue qu’on doit promouvoir des discours sereins, courtois, bienveillants, et ne pas se laisser submerger par la colère. J’avais beaucoup aimé cet article d’ailleurs : https://connasseextremiste.wordpress.com/2017/08/22/veganisme-pourquoi-et-comment-jai-change-de-strategie-de-communication/comment-page-1/#comment-156

    Cependant je pense que je suis en désaccord avec toi sur un point, lorsque tu dis « si la tienne te permet d’en manger sans culpabiliser tu as raison de ne pas te priver »… Je pense que c’est une chose de ne pas harceler les gens, d’être compréhensifs au quotidien, de prendre en compte le fait qu’on est pas tous égaux pour devenir végé etc, mais que c’est tout à fait autre chose de considérer que tous les choix se valent. Ce n’est pas parce que les gens ne culpabilisent pas que cela revient exactement au même d’accepter de tuer des animaux, ou de ne pas l’accepter. Pour les choix alimentaires, j’entends souvent « on devrait accepter les choix de chacun »… mais il ne s’agit pas seulement d’alimentation, cela a des conséquences sur l’environnement, et sur des êtres sensibles. Si on appliquait ce raisonnement à d’autres causes comme le féminisme, l’anti racisme, la lutte contre l’homophobie etc, cela nous choquerait… Imaginons quelqu’un qui dirait, par exemple « s’il ne culpabilise pas en ayant des propos sexistes/racistes/homophobes et en soutenant des partis politiques qui le sont, il a raison de ne pas s’en priver ». Choquant non ? Même si ces luttes ne fonctionnent pas de la même manière, cela souligne que tous les comportements ne se valent pas sur le plan éthique. Par contre, on peut essayer de défendre ce point de vue posément, bien sûr 🙂
    Qu’en penses-tu ?

    Passe une bonne journée et à bientôt peut être !

    Aimé par 1 personne

    1. Hello ! Merci d’avoir pris le temps de lire et de répondre, je vais de ce pas aller lire l’article en lien!
      Evidemment le fait de tuer des animaux m’attriste profondément, c’est la principale raison pour laquelle je ne peux/veux plus en manger, je suis très sensible, mais j’arrive à comprendre que ça en laisse certains indifférents même si je trouve ça triste… En fait pour les autres causes que tu as cité je suis plus radicale, j’ai milité pour le mariage pour tous dans la rue, j’ai été adhérente au Refuge, je me bats souvent pour que les gens ouvrent les yeux sur le racisme assez permanent dans ma région, pour moi on doit tous être respectés. Alors oui beaucoup disent que les animaux sont égaux de l’Homme donc ils méritent le même respect, je ne suis pas en désaccord avec ça mais je trouve ça utopiste de penser que tout le monde peut être d’accord avec ça. C’est pour ça que je conçois que les gens n’aient pas le même point de vue que moi :/

      Au plaisir de débattre avec toi, c’est enrichissant, bonne journée à toi ! 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Merci de ta réponse ! Je ne pense pas non plus que tout le monde sera d’accord, quel que soit le combat, mais disons que je me refuse à dire à quelqu’un « ton choix est aussi valable que le mien », parce que je ne le pense pas toujours. Mais je ne harcèle pas les gens avec ça pour autant ^^ ! Merci pour cet échange (et bravo pour les engagements aussi tu cites)

        J'aime

  2. J’avoue que je me pose beaucoup de question, non pas sur le fait de manger de la viande, mais plutôt sur le fait de manger de la viande aujourd’hui dans cette société de consommation excessive de viande bourrée d’hormones, d’anti-bio etc… et leurs conditions de vie, une horreur. Non je pense qu’il y avait un juste milieu il y a très longtemps et à cette époque on ne mangeait pas de la viande tous les jours, non, c’était une ou deux fois par semaine et c’était suffisant pour faire en sorte que les bêtes puissent vivre correctement et … Alors oui, j’ai souvent envie d’arrêter tout ça mais ce n’est pas facile. Pour le moment, je réduit au fur et à mesure mais après il y a le poisson et là, ce n’est pas mieux avec ce qu’on jette dans la mer ou comment ils sont élevés… Alors je trouve ça difficile. Par contre dans certains autres aspects de nos vies on peut contrôler ça plus efficacement. Et pour info, j’adore les animaux pour moi les voir mourir est une souffrance alors que penser du fait d’en manger!!! Merci pour ton article, il fait à nouveau réfléchir quant à savoir que faut-il vraiment changer? Peut-être pas que notre alimentation. bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi! Le vrai problème est je pense la surconsommation de viande en plus de mauvaise qualité… C’est déjà super bien que tu arrives à réduire, c’est pas facile, et c’est vrai que côté poisson c’est pas forcément meilleur pour la santé vu la qualité de leur lieu de vie mais pour l’instant je ne me vois vraiment pas arrêter d’en manger! Je trouve que c’est plus facile d’arrêter de porter du cuir, de la fourrure, parce qu’en plus économiquement on est gagnant aussi donc je n’y vois que des avantages, le reste est un peu plus compliqué mais chacun son rythme et sa volonté, je respecte totalement! Je suis contente que mon article ait pu te faire réfléchir, merci beaucoup d’avoir pris le temps de le lire et de me laisser ce commentaire, bisous

      Aimé par 1 personne

      1. De rien, c’était vraiment intéressant et comme tu dis, petit pas après petit pas, on réduit ou on change nos habitudes et je pense enfin j’espère que nous arriverons à faire une différence. La fourrure, ça c’est super facile, le cuir, par exemple en vêtement pas de soucis mais en sac à main ou en chaussures il va me falloir du temps… La qualité longue durée ou les achats à répétitions parce ce que ça ne dure pas… Il doit y avoir un juste milieu pour tout… Encore merci 😉

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s