Je teste ENFIN le microblading chez Mont-Blanc Beauty !

Mes sourcils et moi, c’est une longue histoire ! Comme j’ai commencé à me teindre les cheveux assez jeune, j’ai également commencé à maquiller mes sourcils jeune. Au début c’était simplement pour matcher avec mes colorations, car j’ai eu très longtemps les cheveux noirs, mais ces dernières années c’était surtout pour les redessiner, comme je suis naturellement blonde mes sourcils sont très clairs aussi, les seuls fois où je ne les maquillait pas c’était quand j’étais blonde, comme sur la photo en haut au milieu, quel carnage ça ne m’allait pas du tout !

Vous l’aurez compris, mes sourcils ont été martyrisés très tôt, et en dehors de perdre 15 à 20 minutes le matin, c’était fatiguant d’avoir un résultat aléatoire.

J’ai entendu parler de microblading il y a plusieurs années, je ne me souviens plus où c’était mais je me souviens que ça n’avait pas une très bonne réputation car la couleur tournait à l’orange avec le temps. En plus, le résultat n’était jamais très naturel car le naturel n’était pas à la mode à l’époque. Les années ont passé mais j’ai toujours gardé cette envie de tester un jour dans un coin de ma tête.

Il y a quelques semaines je suis tombée sur le compte Instagram de Mont Blanc Beauty, et j’ai été impressionnée par le résultat de ses microbladings, même en partant de rien elle arrive à obtenir des résultats très naturels ! Tomber sur son Instagram m’a redonné espoir d’avoir moi aussi des sourcils « on fleek » !

C’était décidé, j’avais envie de lui confier mes sourcils ! J’ai eu un rendez-vous un peu plus de deux semaines après, je trouve ça très rapide.
Mont Blanc Beauty est situé à Sallanches, dans la ville où je travaille, et plus précisément à l’espace Santéquilibre pour ceux qui connaissent. Julie, qui tient cet institut, est vraiment très gentille et rassurante dans ses explications, ça aide à se sentir à l’aise. Elle est diplômée PhiBrows, qui a créé une technique de microblading du même nom.

Les pigments qu’elle utilise sont organiques, vegan et non testés sur les animaux. Elle m’a expliqué qu’ils ne risquaient pas de virer à l’orange dans le temps car ils ne contiennent pas de métaux lourds, ni d’oxyde de fer. La technique qu’elle utilise aide aussi à ce que la couleur ne vire pas, ça m’a rassuré. Julie a 5 teintes différentes naturelles pour convenir à un maximum de carnations (elle a choisi la plus claire pour moi).

Je suis venue au rendez-vous en maquillant mes sourcils comme je le fais au quotidien, pour que Julie puisse voir la forme que j’avais l’habitude de faire, bien qu’elle prenne des mesures en fonction de mon visage, j’imagine que ça lui a aidé à savoir ce que j’aimais bien. Une fois démaquillée, Julie a donc pris ces fameuses mesures de mon visage et a épilé les poils qui dépassaient de ces mesures. Quand elle m’a montré la forme qu’elle avait tracé j’étais impressionnée car je n’avais jamais vu mes sourcils dans une forme si « propre ». A savoir qu’elle vous montre le contour, donc le résultat final sera plus fin, il faut se projeter, mais je lui faisais une entière confiance.

Une fois la forme validée, la séance peut commencer. Je ne sais pas pourquoi mais j’imaginais que le microblading se faisait avec une machine électrique, comme les tatouages. En fait ça se fait manuellement (je vous avoue que je n’ai pas trop regardé quel outil elle utilisait car je suis assez chochotte!). Le fait qu’il n’y ait pas de bruit de machine détend, en plus il y avait de la musique alors j’ai pu me concentrer dessus. Julie m’avait prévenue que la douleur était semblable à des griffures de chats, et c’est vrai, j’ai trouvé ça très supportable. Après ce premier passage « d’incisions », elle applique le pigment, ça picote un tout petit peu. C’est comme si c’était terminé car la suite est indolore.
Pour le deuxième passage d’incisions/pigments, Julie applique de la crème anesthésiante, j’aurais presque pu m’endormir. Au final ça a été très rapide, ce qui prend le plus de temps est finalement le tracé de la forme. Il n’a fallu que deux passages sur moi car ça a bien pris sur ma peau, en fonction des gens elle peut faire jusqu’à 5 passages.

En découvrant le résultat, j’ai été impressionnée ! C’est fou comme les sourcils changent le visage, structurent le regard. C’est encore mieux que ce que j’avais imaginé ! La couleur actuelle est plus foncée que ce que sera le résultat final, mais j’avoue que même comme ça j’adore. Après une première séance de microblading, il faut faire une retouche au bout d’un mois pour fixer le pigment, et en fonction des peaux le microblading tient entre 7 et 12 mois. L’avantage c’est que si vous en avez marre il vous suffit de ne plus faire de retouches, ça s’estompera progressivement avec le temps.

Je vous ferai une update après la retouche fixatrice et une fois que ce sera cicatrisé, mais je suis déjà ravie du résultat. Je ne peux que vous conseiller d’aller voir Mont Blanc Beauty pour vos séances de microblading, n’hésitez pas à venir de ma part et à en parler autour de vous, elle mérite d’être connue pour son talent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s